Le blog Visites - Spectacles

Portrait : La Goulue, danseuse gouailleuse et dompteuse de fauves

Excentricité et french cancan

Cabaret, jupons virevoltants et figure gouailleuse… Assurément, nous allons vous parler de la reine du French cancan : La Goulue ! Femme libre et intrépide au caractère bien trempé, elle a fait les belles heures du Moulin-Rouge… Alors, suivez votre guide virtuel pour en apprendre plus sur la vie tumultueuse de la plus célèbre des danseuses parisiennes. 

Le Moulin-Rouge
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Une danseuse gouailleuse

De son véritable nom Louise Weber, La Goulue est fille de blanchisseuse. Elle ne tarde pas à s’encanailler : adolescente, elle “emprunte” les robes froufroutantes de ses clientes les plus aisées pour danser dans les guinguettes parisiennes 

À 13 ans, Louise est donc blanchisseuse le jour et égérie des bastringues la nuit. On la connait et reconnait pour son pas de chahut (une danse où il fallait relever les jupes à mi-mollet… Un vrai scandale !).  

Au Moulin de la Galette, elle attire le regard : elle est la première danseuse qui ose retrousser ses jupons jusqu’à la taille... Les hommes se bousculent pour apercevoir ses belles jambes Pas de problème ! Elle fait valdinguer leurs chapeaux avec la pointe du pied et s’exprime dans un argot à faire pâlir un charretier. Pour autant, tout le monde l’adore ! 

Une autre de ses spécialités dont elle tient son nom de scène vient de sa faculté à vider les verres du public tout juste parti des spectacles…

En bref, vous l’aurez compris, La Goulue ne passe pas inaperçue dans le Paris de la Belle-Époque.   

La Goulue
La Goulue, immortalisée au Moulin-Rouge.

La reine du Moulin-Rouge

À 18 ans, elle danse pour la première fois comme professionnelle à l’Élysée-Montmartre. L’endroit est à la mode : les hommes doivent avoir un habit et un haut-de-forme, les femmes un chapeau. Elle y apprend le quadrille naturaliste, l’ancêtre du French cancan, et y fait fureur.  

Quand arrive l’Exposition Universelle de 1789, les visiteurs du monde entier vont au cabaret. Princes, princesses et altesses voient La Goulue. Ils l’adorent, elle est la parisienne personnifiée ! Elle devient célèbre.  

Au même moment, un certain Joseph Oller recherche des danseuses pour l’ouverture de son cabaret… Le Moulin-Rouge ! Il recrute La Goulue dans son établissement qui sera… À la fois un café, un bordel et un cabaret ! Le Moulin-Rouge est inauguré le 8 octobre 1789. Les danseuses envahissent la salle et on s’y amuse. Dès le premier soir, La Goulue devient la perle du cabaret.  

Une amie proche de Toulouse-Lautrec

C’est au Moulin-Rouge qu’elle tisse une amitié toute particulière avec le peintre Toulouse-Lautrec. Il adore sa manière de remonter son jupon, ses mimiques, sa gouaille ! C’est un intérêt partagé. Elle le surnomme “mon petit touffu”. 

C’est lui qui dessine la célèbre affiche du Moulin-Rouge de 1891. Franc succès qui retentit dans le tout Paris : La Goulue y est naturellement à l’honneur. Il lui consacre une centaine de tableaux, dont la plupart sont détruits… Car ils sont contre la morale.  

La Goulue - affiche de Toulouse-Lautrec
La célèbre affiche de Toulouse-Lautrec datant de 1891.

Une dompteuse de fauve

Après 15 ans de cancan, elle décide de changer de vie. Elle s’achète une baraque foraine pour sillonner les foires. Elle devient dompteuse de fauves avec son mari Joseph Droxler

En 1904, ils sont victimes d’une attaque de l’un des animaux qu’ils exhibaient. La Goulue en ressort blessée. C’est le début d’une lente dégringolade. Morte dans le plus grand dénuement le 2 février 1929, elle est d’abord enterrée au cimetière de Pantin, loin de Montmartre 

En 1992, Jacques Chirac, alors maire de la ville de Paris, fait rapatrier sa dépouille au cimetière de Montmartre.  

La Goulue
La Goulue sur les marches de sa baraque foraine.

À Montmartre, vous pouvez encore chanter et danser… Avec nous ! Participez à notre visite-spectacle L’Éternel Esprit de Montmartre pour retrouver l’esprit festif d’un Paris où voyous et danseuses de cabaret s’encanaillaient… Les jupons retroussés 😉

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Merci ! Votre inscription est confirmée. Allez-vite ouvrir votre premier mail ! (Psst ! Il est possible qu'il soit dans vos spams.)

 NOTRE NEWSLETTER 📬 

La seule newsletter que vous prendrez plaisir à lire.

Inscrivez-vous pour recevoir nos offres exclusives, nos articles culturels, les portraits de nos comédiens... Et d'autres surprises ! 

Laisser un commentaire